W Retreat & Spa Vieques Island

Le W Retreat & Spa Vieques Island a ouvert ses portes en mars 2010. Situé à huit miles au large de la côte de Porto Rico, sur la petite île de Vieques, cet hôtel a été aménagé par la designer Patricia Urquiola. Notre avis, nos impressions, nos conseils (et nos critiques)… C’est juste ci-dessous.

Le projet :

L’hôtel compte 157 chambres, dont une vingtaine de suites. Elles sont toutes aménagées dans des tons beige et marron clair, rehaussés de touches de couleurs vives. Les zones de circulation et les espaces communs sont dans des couleurs un peu plus soutenues. De nombreux meubles conçus par la designer (et notamment édités chez Moroso) sont utilisés.

Née en Espagne, Patricia Urquiola a suivi une formation en design au Politecnico de Madrid puis au Politectico de Milan, d’où elle sort diplômée en 1989. Elle travaillera ensuite avec Achille Castiglioni et Vico Magistretti, avant de créer son propre studio de design.

(via design-milk)

Ce que nous avons aimé :

Nous avons aimé dans cet hôtel le choix des couleurs et des matériaux employés, sobres et mis en valeur par quelques touches colorées.

Pourtant, une fois n’est pas coutume, osons quelques critiques. A notre sens, l’aménagement intérieur pris dans son ensemble fait un peu “collage”: il nous semble manquer d’unité, d’authenticité.

Le travail de la designer Patricia Urquiola est pourtant habituellement remarquable, élégant, pointu, subtil. Mais en accumulant ainsi ses objets, plus d’autres, dans cet espace, nous n’arrivons pas à déceler d’ambiance globale. Cela sonne un peu “faux”, mi-design mi-couleur locale, et la mayonnaise ne prend pas.

Les idées à reprendre :

  • Du “design”, d’accord, mais pas à toutes les sauces!

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Des idées, des remarques, des commentaires… N’hésitez à pas à nous en faire part ci-dessous!

Publicités

Un commentaire

  1. Entre le total look, genre papillotes assorties et le grand embouteillage hétéroclite, la marge est étroite qui sépare les deux mondes. Comme le dit notre blogueur sans nom, mais pas inconnu, Madame Urquiola a su être mieux inspirée et plus efficace. Au final, même s’il se dégage malgré tout une certaine légèreté, ou fraîcheur, l’accumulation hétéroclite ne parvient pas à définir l’identité du lieu. On voit bien ce que c’est, mais on ne sait pas qui c’est.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s